-12 Octobre 2013- Un étudiant Limougeaud de 22 ans a été interpellé hier après-midi aux environs de 15h00 à son domicile, soupçonné d’avoir cambriolé le Musée de la Porcelaine de Limoges d’après des sources policières.

Dans un communiqué le directeur du musée exprime sa colère face à ce qu’il appelle « un pillage du patrimoine limougeaud ». Il a fait également part de sa tristesse en précisant que la « jeunesse semble être touchée de plein fouet par la crise du liquide vaisselle qui chaque jour, pousse des jeunes et seniors à jeter leur vaisselle pour des sets en cartons. »

 

Les faits seraient survenus mardi en fin de soirée aux alentours de 23h00 dans l’enceinte du musée, plus précisément dans la galerie « Renaissance ». L’alarme aurait retenti à la même heure mais l’individu se serait échappé avec une vaisselle d’une valeur de 5.000 €. Les agents de sécurité, jouant au Texas Hold’em, ont indiqué n’avoir rien vu.

 

L'étudiant, gardé anonyme par peur de représailles de la part du Syndicat de la Porcelaine
L’étudiant, gardé anonyme par peur de représailles de la part du Syndicat de la Porcelaine

Selon les sources policières, le jeune étudiant suspect aurait été retrouvé grâce à son profil Facebook. Dans ce dernier on pouvait le voir manger un plat de pâtes dans une des assiettes subtilisées au musée. La photo, gardée sous scellée dans le cadre de l’enquête, montre également qu’il regardait « Le Cube » de nos confrères de France Télévisions ; émission qui avait ce jour enregistré une audience d’une personne.
Grâce au regroupement des informations des réseaux sociaux et des médias de l’audiovisuel, Marc B. a été interpellé et est actuellement entendu en garde à vue par les forces de l’ordre, au bureau de la PJ de Limoges, attendant d’être déferré au tribunal.

Ce cambriolage s’est produit dans un contexte délicat. Le marché des lave-vaisselles et du Paic Citron est en chute libre à la suite d’un arrêté de la Préfecture de Limoges. Elle interdit depuis le début de l’année l’usage du liquide vaisselle aux étudiants, qui préféraient s’en servir pour organiser des soirées mousses clandestines dans les facultés et internats de la ville, plutôt que de nettoyer leur vaisselle.

LAISSER UN COMMENTAIRE