15 novembre 2013 – Il est 23h08 lorsqu’une voiture de la douane volante intercepte un véhicule au comportement suspect sur l’A20, près de l’aire d’autoroute de Beaune-les-Mines.

Lors de la fouille du véhicule, 120 kilos de cannabis et 20 kilos de champignons hallucinogènes ont été découverts.
S’ensuit l’interpellation immédiate du conducteur, un jeune homme de 26 ans connu des services de police pour exhibitionnisme aux Jardins d’Orsay .

La douane a cependant eu la surprise de devoir procéder à l’arrestation d’un enfant de 12 ans prénommé « Jason », qui semble être l’artisan de ce trafic de stupéfiants à grande échelle et qui est recherché depuis 3 mois par sa famille.

Rétrospective d’une affaire insolite.

 

Le « Bon coin » des affaires

L’histoire commence début août lorsque Jeanne P., chercheur à l’INSEE de Limoges, décide de vendre son véhicule, déçue que ce dernier ne soit pas 100 % français (bien que les publicités sur ce modèle disent l’inverse). Elle se rend donc sur un célèbre site internet de ventes entre particuliers pour trouver preneur.

Quelques jours après avoir posté l’annonce, Jeanne est contactée par « B2oBa du 8-7 » intéressé par l’achat de ce véhicule pour son côté spacieux et familial.

« Nous nous sommes rencontrés chez moi et avons pris un thé ensemble pour discuter du prix de vente. Ce monsieur semblait être fort sympathique et m’avait même proposé du thé venant des Pays-Bas. Je ne pouvais me douter une seconde que ce serait un narco-trafiquant »  nous a confié Jeanne encore émue par cette mésaventure.

« Il repartit avec la voiture après m’avoir fait un virement et me remercia pour cette bonne affaire ».

 

Le début de la fin

Jeanne reprit le cours de sa vie puis se mit à paniquer lorsqu’après une semaine, elle remarqua la disparition de son fils Guillaume.

« J’ai paniqué, je me suis demandée où était mon fils, puis je me suis souvenue que peu avant l’arrivée de l’acheteur du véhicule, on jouait ensemble à cache-cache ».

Guillaume s’était en réalité caché dans le coffre de la voiture vendue par sa mère. Là, commence pour le jeune homme une aventure qui changera le cours de son existence.

 

L’ascension dans la mafia

Quelle fût la surprise de « B2oba du 8-7 », qui se nomme en réalité Laurent F., en arrivant chez lui et ouvrant le coffre pour vérifier si la roue de secours n’était pas manquante.

Notre rédaction a pu récupérer le compte rendu de la garde à vue qui inclut les aveux de Laurent.

« J’étais plutôt choqué de voir ce gamin dans mon coffre, il dormait, je l’ai pris dans mes bras et j’ai décidé de l’appeler Jason comme Jason Statham de la série de films « Transporteur » qui est ma saga préférée à cause qu’il y a pas mal d’action dedans. »

 

ados-cannabis-limoges

« Jason s’est bien intégré dans notre crew, il s’est tout de suite intéressé à notre univers de gangsta. Je me souviens, il adorait nettoyer nos armes et écouter du Cypress Hill avec nous. Mais au bout d’une semaine, il a commencé à déconner et on a perdu le contrôle du gamin »

En effet, le compte rendu indique également que Guillaume « Jason » P. s’est vite imposé en chef de bande, n’hésitant pas à intimider ses camarades d’antan.

« Il a complètement pété un câble » explique Laurent F. aux forces de l’ordre.  » Il a décidé de prendre en main les affaires et a créé un vrai réseau de go-fast depuis Beaubreuil, en achetant une dizaine de voitures sur le site où j’avais acheté la mienne quelques jours auparavant.

C’était devenu le parrain du quartier, tout le monde le saluait et le respectait énormément ».

 

La descente aux Enfers

Cependant après un peu plus de 3 mois de trafic, Limoges devient alors une véritable plaque tournante du cannabis, créant la légende pour les amateurs hors-la-loi de ce produit illicite.

En anticipant la future loi légalisant le cannabis, plusieurs associations se sont créées comme le « Limoges Weed Club Festival » ou bien le « CRIW » (la Confédération Régionale Indépendantiste pour la Weed).

L’ascension du jeune Guillaume connu dans le milieu comme « Jason » aura durée 3 mois.

voiture-gofast-saisie-drogue-limoges
Le lendemain de l’arrestation des deux compères, notre ministre du redressement productif fît une bourde, en expliquant hors conférence de presse à des journalistes du Parigot que « bien que ce jeune homme se livrait à un trafic malhonnête, le petit est quand même un symbole de l’entrepreneuriat made in France. »

Le petit Guillaume a été rendu à sa mère et suit aujourd’hui une thérapie chez un orthophoniste car, d’après sa mère « Il a pris un accent bizarre que je ne supporte pas. »

Quant à Laurent F., il encoure 3 ans de prison ferme et d’un stage de réinsertion sous la tutelle de la Mairie de Limoges.

3 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE