Vendredi 5 décembre 2014 – Limoges. C’est une histoire des plus saugrenues, que traverse Michel Baumart, 27 ans, un habitant de Landouge qui découvre avec stupéfaction la fermeture de ses établissements de nuit préférés.

Suite à un accident domestique, Michel s’est retrouvé dans le coma durant 4 ans au CHU de Limoges.

Le curling, la chute et le coma

Limougeaud conventionnel, comptable de profession, père de famille et passionné de curling, Michel Baumart avait toutes les cartes en main pour filer une vie pleine de bonheur. Cependant, c’est à cause de sa passion pour le curling qu’un drame va éclater.

Suite à une compétition régionale de curling à Beaulieu-Sur-Dordogne (19) le samedi 3 juillet 2010 dans le cadre de la fête estivale de la fraise, le boulodrome en intérieur de la ville s’était transformé, pour le temps de quelques jours, en une patinoire pour ces athlètes du palet glissant.

Un journaliste sportif de France 3 Collonges-la-Rouge témoigne : « C’était la compétition de l’année […] beaucoup de pronostics misaient sur la victoire de l’équipe de Michel Baumart, ils étaient meilleurs intrinsèquement, et a fortiori, imbattables… C’était sans compter sur la chute du capitaine de Bosmie-l’Aiguille lors du premier lancer… »

 

limoges-coma-palet-curling-lheb

 

Et c’est cette chute lors du lancer du premier palet de la partie qui provoqua le coma de Michel Baumart, retrouvé inconscient, la tête plantée dans la glace.

S’en suit quatre ans d’épreuves pour la famille Baumart, qui chaque jour rendait visite à ce mari, collègue, ami et père de famille aimé de son quartier. Mais depuis lundi, Michel a ouvert les yeux !

Réveil difficile

« C’est incroyable, je suis heureux de pouvoir m’être extirpé de ce coma, 4 ans d’attente ça a dû être douloureux pour mon entourage et mon équipe […] mais je me réveille avec tristesse et amertume » nous confie Michel.

Amertume ? Tristesse ? Il ne semble pas que ce soit le cas de la plupart des personnes se réveillant du coma, le Fopulaire du Milieu, a voulu en savoir plus.

« Oui amertume… Car j’ai appris à mon réveil que mes établissements favoris que sont le Nelson Club, le Tabernacle et le Numérobis n’existent plus… Où est-ce que je vais faire la fête ? » nous raconte Michel encore médusé par tous ces changements.

Il ne reste plus qu’à Michel Baumart de se reconstruire dans un Limoges qui a évolué depuis ces 4 dernières années.
Quelle sera la réaction de Michel Baumart lorsqu’il apprendra que la ville a changé de Maire ?

Affaire à suivre.

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE