C’est lors d’une interview sans langue de bois que Jim Bilba nous a fait ce terrible aveu. Vingt et un ans après les faits, désormais il n’y a plus aucune ambigüité de mise, il y avait bel et bien contact sur l’interception salvatrice de Forté qui a fait couler tant d’encre du côté des perdants.

Au cours d’un entretien à sa demande « pour se soulager d’un poids », Jim Bilba a tenu à rétablir la vérité sur l’action litigieuse de la finale d’Athènes qui a fait entrer le CSP dans l’histoire du Basket Européen et, par la même occasion, dans celui du sport français en devenant le premier représentant tricolore à gagner la plus prestigieuse des Coupes d’Europe.

jim_bilbaNéo-assistant-coach du CSP depuis la rentrée, Jim Bilba ne supportait plus d’entretenir le mensonge auprès des supporters limougeauds alors que ces derniers ne manquent pas de lui rappeler le Graal de 93 dès qu’ils l’abordent dans la rue. Il voulait se libérer de ce fardeau « je suis quelqu’un d’honnête, pour toute la confiance qu’ils m’ont témoignée, je leur dois la franchise » nous a-t-il confié lors de notre rencontre. Et pour cause, selon lui « le bruit du contact a résonné dans toute la salle ».
Rappelons qu’à ce moment du match le CSP ne mène que de deux points (57-55) et que la balle est dans les mains du meilleur joueur européen et futur pensionnaire des Bulls de Michael Jordan, Toni Kukoč. Il ne reste alors que 40 secondes de jeu et le Croate enfile les paniers comme des perles depuis 5 minutes « l’histoire aurait pu être toute autre si l’arbitre avait fait son boulot correctement ».

Frédéric Forté, lui, a toujours démenti formellement la moindre faute. Un manque d’objectivité patent que n’hésite pas à dénoncer Jim Bilba « Fred est d’une mauvaise foi manifeste, c’est de notoriété publique. Quand il va à la pêche, il revient parfois avec des truites de 80 centimètres. » Avant de conclure notre entrevue « c’est un véritable soulagement pour moi, je vais maintenant pouvoir regarder les limougeauds dans les yeux sans aucun sentiment de culpabilité ».

Des confessions à cœur ouvert qui ne devraient, en toute vraisemblance, pas être sans conséquence – tant dans la capitale de la porcelaine où les supporters cerclistes auront désormais le sentiment d’une victoire faussée, qu’à l’échelon supérieur où cet interview a soulevé l’intérêt des membres dirigeants de l’Euroligue. En effet, alors que Jim Bilba tenait simplement à réhabiliter ce succès historique, le président de l’Euroligue a bondi sur l’occasion pour saisir son comité d’éthique afin de clarifier cette ambigüité ; latente depuis 21 ans. Par ailleurs, il n’exclut pas que le CSP soit destitué de son titre de Champion d’Europe 93 s’il s’avérait qu’il y avait vraiment faute de Forté sur Kukoč.

À la façon d’Armstrong dans le Tour de France, l’Euroligue n’aurait alors pas de vainqueur attitré à son palmarès pour l’année 93.

LAISSER UN COMMENTAIRE