Bref, c’est ainsi que Timéo s’inclina derrière un vieux châtaignier, qui avait vu s’incliner toute la nuit, et prit à pleine main un « Malabar à la texture bizarre » pour le hisser dans son panier en osier.

Une drôle de mésaventure pour Timéo, à mille lieues d’imaginer ce qu’il pouvait bien empoigner, et dont les parents garderont un souvenir au goût amer pendant quelques temps encore.
Pourtant, comme souvent, ça partait d’un bon sentiment du papa et de la maman souhaitant récompenser leur fiston en l’amenant dans « un cadre superbe avec une forêt pleine de cachettes ».

« Papa, maman, j’ai trouvé un malabar ! »

« Beurk. Arf. Urf. Je n’avais pas pensé à ça… » déplora le papa quand il vît un résidu de la nuit dans le panier insouciant de leur fils
« T’es vraiment sûr de sûr, Titi ? Hein ? Tu ne l’as pas mis dans ta bouche ? Hein ? » s’assura pendant de longues minutes la maman pétrifiée. Fort heureusement pour Timéo, ainsi que pour ses parents culpabilisés de n’avoir appréhendé la facette notoire de la forêt, « Titi tient de son père ».

pâques-uzurat-limogesAprès un bon quart d’heure d’agitation, Madame Bigote était toujours remontée comme une pendule au moment d’hurler sa colère devant tout le monde: « Les gens sont vraiment porcs. Déjà, il y a d’autres endroits pour ça ! En plus, ils laissent tout traîner comme ça dans la nature ! Des porcs, je vous dis ! Des porcs ! Des porcs ! » 

La partie de plaisir écourtée, le lundi de Pâques gâché, la famille Bigote prit ses clics et ses claques et regagna la voiture en prétextant une envie pressante à leur fils.

S’il ne comprit pas le pourquoi du comment de ce remue-ménage, Timéo aura néanmoins ramassé une bonne partie des œufs parsemés dans la forêt d’Uzurat par ses parents. Un moindre mal, dirons-nous, car « Titi » pourra toujours, comme les enfants de son âge, se délecter de sa récolte en chocolat à s’en débecter…jusqu’à l’année prochaine. 

LAISSER UN COMMENTAIRE