« Chaque année c’est la même histoire », « Ils n’ont aucun scrupule », « Expropriation sans rétribution » et tutti quanti, elles étaient une cinquantaine dans les rues de Limoges, samedi dernier, à revendiquer de concert un traitement décent et égalitaire.

Le mobile de leur colère, le traditionnel Salon du livre qui s’implante tous les ans au Champ de Juillet et monopolise, de fait, tout le(ur) parking pendant 3 jours. 

Un manque à gagner important

« Ils s’attribuent leur zone de chalandise, c’est donc logique qu’on ait demandé réparation » déclarait ce matin, accompagnée de deux avocats au barreau, la chef de file du mouvement parisien « Un job, blowjob ».

limoges-bfm-prostituéC’est donc au terme de discussions houleuses entre les 2 parties que la Mairie a accédé à leur requête. Elles voulaient exercer à la BFM « comme eux viennent chez nous » et ont obtenu gain de cause jusqu’à lundi matin.

« Justice a été rendue » entendait-on alors dans la horde de prostitués désertant le Champ de Juillet, en début d’après-midi, pour regagner la Bibliothèque et s’y installer jusqu’à lundi matin.

De ce fait, ne soyez pas surpris, si vous allez à la bibliothèque dans les jours à venir, d’être cajolés pendant votre lecture. Elles seront nombreuses à naviguer entre les étagères de livres au motif du préjudice entraîné par « Lire à Limoges ».

LAISSER UN COMMENTAIRE