l'algue bleue limousinCheval de bataille des Limousins l’été dernier, l’algue bleue, ou encore Cyanobacteria, avait défrayé la chronique pendant toute la période estivale. Au fil des semaines de canicule,  elle s’était forgée une solide notoriété dans les trois départements de la région alors qu’elle était encore méconnue quelques semaines plus tôt.
Un engouement insoupçonné qui prit rapidement des proportions conséquentes si bien que les autorités locales avaient privatisé une douzaine de lacs pour son seul confort personnel et l’inciter à revenir les années suivantes.

Cette hospitalité était d’ailleurs allée droit au coeur de l’intéressé: « C’était la première fois qu’on me réservait un tel accueil. C’était inouï. J’avais été reçue comme une rock-star. J’en étais même gênée. »

« Je me sens redevable » 

On sait les Limousins chaleureux et bienveillants. Cette réception en grande pompe qui « l’avait vraiment émue » n’était finalement pas vaine et aura eu l’effet espéré: « Indéniablement, ça a pesé dans la balance au moment de choisir mes vacances », nous confie-t-elle avant d’ajouter, « en plus, je ne suis pas quelqu’un de bling-bling. Je préfère de loin le calme et la convivialité aux orgies méditerranéennes où chacun exhibe son opulence ». 

Alors si rien n’est encore figé « je ne sais pas quand je vais venir ni combien de temps je resterai », dans les hautes sphères limousine, on se félicite d’ores et déjà du retour de l’algue bleue cet été: « C’est une véritable aubaine pour le dynamisme du Limousin, et une belle publicité faite à notre région. Nous sommes flattés d’avoir la faveur de notoriétés aussi prisées », témoigne l’un des adjoints de Gérard Vandenbrouck, président de la Région Limousin.

« Malgré le succès,  j’arrive à garder les pieds sur terre »

Aoûtienne plutôt que juillettiste, l’algue bleue n’exclut pas cependant de « rester les 2 mois s’il fait vraiment beau » et même si elle regrette « avoir suscité de la jalousie », elle frétille d’impatience à l’idée de faire sa valise et de composter son billet pour le Limousin: « Mon année professionnelle a été dure et éprouvante. J’ai vraiment besoin de vacances et de me ressourcer. Alors j’y pense 24/7 depuis le début du printemps. Maintenant, l’échéance approche, j’ai vraiment hâte ». 

Avant de nous quitter, l’algue bleue nous a cependant fait part d’une légère inquiétude: « malgré mon succès, j’espère que les gens m’aborderont de la même façon que l’année dernière. Qu’ils le sachent: je n’ai pas changé. Je suis restée la même ».
Une humilité qui sera forcément appréciée par les autochtones.

LAISSER UN COMMENTAIRE