oradour vayres fête foraine2A 6 semaines du Jour J, changement de braquet pour Djordane, qui a haussé d’un cran l’intensité de sa préparation. Outre le suivi à la lettre d’un régime sans gluten, notre champion a considérablement durci le ton de ses entraînements.
Du reste, il a sollicité les services d’un préparateur mental « parce que c’était une nécessité », et s’appuie chaque jour sur le soutien indéfectible de son entourage.

Tout semble réuni pour un conditionnement optimal. « J’en chie ma race, » confie l’intéressé. Un programme minutieux qui devra laver l’affront de l’année dernière où, 3ème avec 932 points au compteur, il avait été coiffé sur le fil alors qu’il dominait l’épreuve depuis l’ouverture de la fête.

Faire table rase du passé

oradour sur vayres fête forraineDépasser dans la dernière chicane, qui plus est par « deux baltri*gues du village d’à côté », Djordane avait vécu cet échec comme une terrible humiliation « devant mon public en plus. La honte. Je n’avais pas dormi pendant 1 semaine ».
Mais comme tout grand champion, « Djo » sait tirer les leçons de ses défaites pour mieux rebondir : « je sais où j’ai merdé. J’ai analysé, j’ai compris ».

Un manque d’investissement (rédhibitoire) dans la préparation, le lourd fardeau d’un héritage qu’il n’a pas su supporter (son grand-frère avait décroché la timbale 6 année de suite) et un excès de suffisance au moment de l’épreuve. Les causes étaient multiples.

« Je m’appuis sur mes erreurs pour progresser »

« Je n’étais tout simplement pas prêt, admet cet amateur de catch et de tuning, et je l’ai payé cash ». Avec une année de plus et l’expérience de ce revers à son actif, Djordane semble désormais plus en mesure d’ajouter son nom au prestigieux palmarès des vainqueurs de « La machine à coup de poing ».
« Dans la défaite, j’ai beaucoup appris. Ça m’a fait grandir. Aujourd’hui, je suis plus mûr. »

Après un petit déjeuner copieux, c’est donc avec le générique de Rocky Balboa dans les oreilles que chaque matin, Djordane chausse ses Running pour un footing d’une heure trente « afin d’évacuer les toxines et le stress » dans les chemins tortueux de sa campagne natale où il s’impose quelques foulées dans les orties « parce que ça fluidifie le sang ».

Alimentation saine, rigueur, travail, discipline, repos : rien n’est laissé au hasard

oradour sur vayres fête forraineÉtirements et assouplissements ensuite, il n’oublie pas de faire une collation « il faut bien graille », avant d’attaquer la séance de musculation et de renforcement musculaire. Du grand classique (abdos, gainage, pompes, tractions) aux exercices de poussée sur machine, Djordane fait travailler tous les muscles de son corps: « Il ne suffit pas d’avoir de gros bras, c’est un tout ».
Il ne faut pas non plus négliger la dureté des phalanges: « J’essaie de les raffermir, pour que l’impact soit d’autant plus fort ». Ce qui l’amène donc à envoyer des coups de tatanes dans le mur porteur de sa maison et faire des pompes sur les plaques chauffantes de sa cuisinière. « Ça fait un peu tièpe, concède-t-il, mais c’est à grâce ça que je ferai la différence. ». 

S’en suit un repas hyper-protéiné et une sieste de 30 minutes avant d’attaquer la partie mentale de son programme:  Séance de Yoga et méditation pendant 2h, sous la férule bienveillante de son préparateur mental. 

A fréquence de 5 fois par semaine, « je fais un break le week-end pour me reposer », Djordane reproduit donc chaque jour ce même programme. « C’est un rythme à prendre. La première semaine a été dure, mais maintenant ça va. Puis bon, si je veux les ba*ser, je dois passer par là ».


>>> Avis aux absents et aux amnésiques: [Épisode 1] « C’est là qu’on reconnait les vrais bonhommes des boloss »

LAISSER UN COMMENTAIRE