bfm limoges gratuiteSi tant est qu’on l’ait oublié, la Grèce vient nous le rappeler : c’est la crise. Austérité, déficit budgétaire, chômage, alors l’équation est simple pour renflouer les caisses : on réduit la voilure, on augmente les émoluments de la majorité et on facture les services publics d’ordinaire gratuits.

« Souffrez en silence, bordel » 

Limoges n’échappe pas à la règle. Dans la cité de la porcelaine, il faut désormais sortir le portefeuille pour accéder à certaines expositions, laisser ses enfants à la garderie de l’école, ou encore financer les cours de remise à niveau en français de Vincent Gérard.

Les dommages collatéraux de la crise sont terribles. Et malheureusement tout le monde, ou presque, en pâtit. Vous connaissez la rengaine : le contribuable moyen est étranglé ; son pouvoir d’achat amputé ; les commerces de proximité périclitent ; on utilise les 2 côtés des préservatifs ; et l’accès à la culture devient de plus en plus discriminatoire.
On vous demande alors de serrer la ceinture…et de garder le sourire. En somme, les riches sont contents d’être riches, et les pauvres doivent être contents d’être pauvres. Vive la crise !

La culture asservit là où l’ignorance libère

Depuis le début de l’année, il se murmure que la Bibliothèque de Limoges va perdre sa gratuité séculaire pour reconstituer le trésor de guerre.
En parallèle, suite aux canulars du mois de janvier, le discours est pourtant limpide : « Il faut répondre à la barbarie par les écrits » ; « L’instruction contre la radicalisation » ;  « La culture triomphera du terrorisme » et tutti quanti.
Des mots d’ordre très bien appréhendés par la majorité limougeaude puisque dans le même temps, elle a mis sur le tapis l’idée d’un péage à la sortie de la BFM. L.O.G.I.Q.U.E.

Une proposition « en dépit du bon sens » s’est alors indigné vertement Philippe Reilhac, élu de l’opposition, quand elle est arrivée sur son bureau. « A ce rythme-là, inspirer l’air limougeaud sera bientôt payant » riait jaune un membre des verts, « quelle sera la prochaine ? Des parcmètres pour s’asseoir sur les bancs publics ? » se posait-on alors comme question. 

« On espère attirer des lecteurs venus d’Antartique »

limoges bfm gratuite2Du côté de la majorité, cette proposition n’a pas fait totalement consensus non plus. Alors face à cette levée de boucliers, Guillaume Guérin, bras droit d’« hélicobiteman » E-R Lombertie, a tenu à clarifier la situation lors du dernier conseil municipal et s’est expliqué :  « Vous cherchez constamment à polémiquer. La Bibliotèque de Limoges ne sera pas payante pour tout le monde, soyons clairs. Mon équipe et moi avons ciblé 2 communautés qui bénéficieront encore de la gratuité de la BFM : l’ensemble des habitants de l’hémisphère sud et, trop souvent mis de côté à notre goût, les aveugles.« 

Une annonce qui souleva logiquement quelques interrogations dans la salle, mais que Guillaume Guérin justifia avec perspicacité : « Il y a 45 millions d’aveugles dans le monde, et l’hémisphère sud englobe, par définition, la moitié de notre planète. De fait, il y aura moins de 50¨% des terriens qui seront exigibles à la tarification la B.F.M. »
Avant de durcir le ton : « dire qu’on octracise les plus démunis, c’est vraiment se foutre de la gueule du monde. Savent-ils au moins la proportion de pauvres de l’autre côté du globe ?! M’enfin, ça ne m’étonne pas d’eux. »  

Et de conclure : « Notre objectif est aussi d’ouvrir Limoges à l’international. Rééquilibrer les finances de la ville passera indirectement par là. On va faire d’une pierre deux coups. »

LAISSER UN COMMENTAIRE