« Si j’avais su, je me serais pas engagé », en dit long sur l’aigreur du Père Latable, cadre supérieur à la Cathédrale Saint-Etienne de Limoges depuis 1978, qui s’estime squeezé par ses supérieurs car « ce n’est pas ce qui était convenu dans le renouvellement de mon CDD ».

Il tape du point sur l’autel : « Mon contrat mentionne 5 jours de travail par semaine, du mardi au samedi, hormis les ostensions où je travaille EX-CEP-TIO-NNEL-LE-MENT le dimanche […] Mais en aucun cas je ne dois faire d’heures supplémentaires pendant les soldes […] Qui plus est non-majorées ». 

« Ils profitent de la crise pour nous tenir par les cou*lles »

Énième protestant contre la Loi Macron, le Père Latable a profité du micro tendu par Le Fopulaire pour dénoncer les abus quotidiens de l’église catholique, qui leur livre régulièrement du pinard bas de gamme et de l’hostie sans sel : « Ils savent qu’on ira pas chez la concurrence, alors ils tirent sur les ficelles autant qu’ils peuvent. C’est malheureusement le revers de l’ultra-libéralisme ».

Cette réquisition dominicale serait donc la goutte qui fait déborder le calice ? À la lumière de son ire, c’est le constat qui s’impose. En effet, récemment syndiqué à la CGT de la paroisse, celui qui est pourtant présenté comme l’un des meilleurs employés de la boîte a assuré qu’il avait tenu ce matin sa dernière Messe du Dimanche : « C’était ma der. J’ai d’autres priorités le Jour du Seigneur. Auto-Moto, Téléfoot, le marché de Panazol, sortir avec ma femme et mes enfants etc.[…] À la fin de la Messe, j’ai donc dit « Adieu » à nos clients du dimanche…mais je ne sais pas s’ils ont vraiment compris ». 

Le MEDEF bondit sur l’affaire

La Cathédrale Saint-Etienne devra désormais composer sans son évêque mais qu’importe, un représentant du MEDEF a certifié qu’elle resterait ouverte tous les dimanches jusqu’à la fin des soldes, voire plus : « La Cathédrale va lancer un appel à candidatures pour pallier ce volte-face inopiné et va rapidement y remédier.[…] Marre de ces fainéants qui pensent qu’aux 35h. Il faut faire travailler les gens qui veulent vraiment bosser ! »

Ambiance. Quoi qu’il en soit, Le Père Latable réclamant le paiement de ses heures sup’ et, de son côté, la Cathédrale invoquant un abandon de poste du susnommé, c’est donc le conseil des Prud’hommes de Limoges qui sera amené à trancher sur cette affaire qui fera date dans l’histoire du culte catholique.

Prévu courant mars, nous serons attentifs au verdict qui sera rendu.

 

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE