Les organisateurs ne boudent pas leur plaisir. A l’heure du bilan de la première soirée étudiante à l’Aquapolis, les chiffres, qui viennent de tomber à l’instant, sont « bien en deçà des estimations », selon le chargé d’animations, et « très satisfaisants dans leur ensemble ».

« On avait tablé sur 3 à 4 fois plus »

« On ne savait pas trop dans quoi on s’aventurait, du coup, on avait tablé sur une estimation très haute. Pour tout vous dire, on avait anticipé une centaine de noyades et tout autant d’hydrocutions. […] Nous voilà donc rassurés », se réjouit un autre membre de l’organisation.

Et pour cause, la fête mêlée à un environnement aquatique ne fait pas toujours bon ménage. En témoigne par exemple, entre autres, le spring break printanier de Cancún où, chaque année, les pertes humaines sont considérables et dramatiques.

« On avait peur d’une hécatombe. On s’était même dit « si on ne dépasse pas notre estimation, ça sera une première satisfaction » […] Alors là, c’est carrément l’apothéose. On regrette même de ne pas avoir pu accueillir plus de monde. »

« Il faut féliciter les organisateurs. Ils ont fait preuve de beaucoup de professionnalisme et de rigueur »

L’organisation peut d’autant plus se féliciter d’avoir « limité la casse » qu’elle pourra renouveler l’événement l’an prochain. En effet, condition sine qua none fixée par le préfet du département, les seules 18 noyades et 43 hydrocutions recensées font l’éloge de toute l’expertise du personnel et des mesures de sécurité déployées.

« Ils sont restés dans les clous, félicitations à eux. J’étais dubitatif, mais force est de constater qu’ils ont su répondre présents. Bravo ! »

Alors, qui a dit qu’il était impossible de faire la fête sans encombre ?


Crédit image : The Student Event 2016

LAISSER UN COMMENTAIRE