Limoges. Depuis le 13 novembre, la France s’est dotée de nombreux dispositifs pour combattre la menace terroriste – que ce soit le prolongement de l’Etat d’urgence, ou encore le renforcement de l’armement des Brigades Anti-Criminalité en armes lourdes. De fait, on ne peut pas dire que le gouvernement soit resté passif face à une situation inédite dans l’histoire de l’hexagone.

A contrario, exceptée l’application du plan vigipirate dans les établissements publics, rares ont été les mesures sécuritaires mises en place dans la cité de la porcelaine. Tout du moins jusqu’à maintenant, car la Police Municipale vient enfin d’être autorisée à combattre le terrorisme de nos rues : des individus connus sous le nom de « punks à chiens ». Enquête sur une initiative totalitaire exemplaire.

Plus de moyens, plus d’efficacité

Nous avons rencontré Michel, l’un des joyaux policiers municipaux de l’escadrille 2016 de protection des rues. Avant, il était *employés des parcs et jardins de la municipalité*, jusqu’à saisir l’opportunité d’avoir « un poste où ça bouge ».

« Quand je m’occupais des arbres de la place de la Ré, riverains et staff de la Mairie étaient harcelés par ces saltimbanques qui battent le pavé. […] Alors, quand j’ai vu fin 2015 qu’il y avait des postes à pourvoir dans la nouvelle équipe de la Police Municipale, je n’ai pas hésité une seconde à signer. Pour ma patrie », nous raconte un Michel très vindicatif.

Après une conférence de presse, nous avons eu l’occasion d’apprendre que la PM de Limoges était désormais équipée de nouveaux outils de travail pour pacifier le milieu urbain :

  • 1 Taser par tête ;
  • Une escouade de bergers allemands prêts à débusquer les punks à chiens par l’odorat ;
  • Des alcootests pour les policiers afin de mesurer leur taux « d’efficacité » ;
  • Ludo, ancien technicien audiovisuel à 7àLimoges, nouveau responsable des go-pros de surveillance.
police-municipale-limoges-le-fopulaire
Un escadron « anti-punks à chien » en patrouille Rue de la Soif

ludo-camera-fopu
« Ludo, le mec qui gère 30 caméras en même temps OKLM » – légende du magazine « Vivre à Limoges », avril 2016

Intransigeance, Respect & Matraquage

Que les associations des droits de l’Homme se rassurent, les policiers en herbe sont triés sur le volet et ont été soumis à une évaluation psychologique. C’est Philippe Tonpha qui nous le confirme : « Pour ce noble métier qui est de faire respecter l’ordre et l’harmonie, il est important que notre équipe soit homogène et en bonne santé. Pas de place pour les tire-au-flanc, les sensibles ou les amateurs de mariejuanga ».

De ce fait, à compter d’aujourd’hui, les policiers municipaux auront tout le loisir d’asséner sans vergogne une décharge aux punks à chien, sans même courir le risque de poursuites judiciaires.

Cependant, nous n’avons pas eu plus de précisions quant aux compétences requises pour faire partie de ces nouvelles forces spéciales urbaines, mais une chose est sûre : nos rues seront désormais à l’abri de tous dangers.

1 commentaire

  1. Désolé mais la place de la REP sans ses ivrognes et leurs chiens, ça ressemble à rien. Ça fait parti du patrimoine.
    J’ai fumé mes premiers Bedos sur cette place et les clodos étaient bien pratique pour occuper les queufs dans les années 80. Après, les SDF ont remplacé les clodos vocabulairement parlant… enfin, on s’en branle. Si un jour je deviens punk à chien, j’irai m’aviner place de la REP pour perpétuer la tradition. J’ai dit !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE