« Quand on partait de bon matin ; quand on partait sur les chemins, sur notre Vélim […] On était tous amoureux d’elle ; on se sentait pousser des ailes, sur notre Vélim ». Lorsque les initiateurs du projet ont mis en circulation les Vélim, en avril 2014, ils étaient certainement à mille lieues de s’imaginer faire d’une pierre deux coups.

A raison. Aussi surprenant que cela puisse paraître, selon un rapport rendu par nos experts en Amour & Séparations par SMS, l’emprunt du Vélim dans les rues tortueuses de Limoges aurait des répercutions sur « le capital beauté de ses utilisateurs » jusqu’à « conjurer des longues périodes de célibat en 3 coups de pédale ». Étonnant, non ?

« C’est son orange Gouda qui fait la différence »

« Regardez, les chiffres parlent d’eux-mêmes, vante la personne chargée des locations. 73% des Limougeauds qui avaient coché « célibataire », lors de leur première souscription, se sont réabonnés en tant que locataire « en couple ». […] C’est suffisamment éloquent ».

En effet, des chiffres ne mentent pas. Et les témoignages faisant l’éloge du bicycle sont nombreux : « Wow, je croyais que c’était une légende, et béh non. Le matin, je montais pour la première fois sur un Vélim pour me rendre au boulot ; le midi, j’avais déjà 4 demandes sur FB ; le soir, je n’avais plus qu’à faire mon choix ».

« Vous n’avez plus qu’à emballer »

Il n’en fallait pas plus pour attiser la curiosité des sociologues, dont les conclusions de leur enquête ne font qu’abonder en ce sens : « Tout réside dans le « orange Gouda » du Vélim. C’est vraiment ce qui fait la diff’. Et puis il y a aussi l’aérodynamisme voulu du cadre, qui donne à ses utilisateurs une allure racée, une élégance, une prestance, en plus de dégager une grande assurance. Le tout conjugué explique manifestement les vertus du Vélim sur le sex-appeal des Limougeauds ».

Pas en reste face à ce rapport laudatif, la Communauté d’agglomération de Limoges Métropole assure de son côté que « tout était bien calculé » et que « ce n’est en rien le fruit du hasard » : « On ne veut s’arroger aucun mérite, mais tout ceci avait été mûrement réfléchi par notre équipe. On est vraiment trop forts »

Oubliez donc votre demande de crédit pour acheter une décapotable ; c’est bien le Vélim qui sera à la hype de cet été pour rompre avec le célibat.

2 COMMENTAIRES

  1. Même s’ils me payent 100 euros par jour pour rider ce tas de ferraille orange, je prendrai jamais le risque. Nos élus n’ont qu’a montrer l’exemple. Ces machins en taule devraient être recyclés en déambulateurs, avec toutes les vieilleries qu’on a sur Limoges…
    C’est comme les relais parking, encore une bonne idée dont on trouvera jamais le coupable. Merci de me laisser m’exprimer. Ça sert à rien mais ça fait du bien 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE