Ils étaient plusieurs centaines, ce jeudi, à monopoliser l’A20 dans le sens Nord-Sud. Partis de Vézelay dans l’Yonne en début de mois, les pèlerins de Saint-Jacques-de Compostelle s’attaquaient hier aux routes escarpées et tortueuses du Limousin, faisant toutes les difficultés inhérentes à la traversée de la région.

Las de perdre tous les ans de nombreux éléments dans ce « passage de la mort », le comité de pèlerins avait cette année décidé de plancher sur un itinéraire bis pour ressortir du Limousin « au complet » avec « tout le monde en bonne santé ».

C’est donc une fois arrivés à quelques kilomètres de la « terrible Creuse » qu’ils ont définitivement acté leur décision de « s’éviter le pire ».
« On sait qu’on avance sous la protection du bon Dieu, mais quand même, on est encore jeunes pour le chemin de croix. LOL. »

« On veut être de retour pour les férias »

C’est ainsi qu’après s’être défaite de l’Indre, la horde a bifurqué en direction de l’Autoroute A20, aux dépens des automobilistes et travailleurs, pour s’affranchir des dangerosités de la région et regagner leur destination avant le feu d’artifices du 14 juillet.

pèlerins CGT

Quelques peu bruyants et étonnamment emplis de revendications, ils sont finalement arrivés sur les hauteurs de Limoges sous les coups de 10h « alors qu’ils auraient mis 2 jours de plus en empruntant le trajet classique » selon Bison Fûté.

Une décision somme toute pleine de bon sens, qui devrait manifestement faire des émules et peut-être encourager les plus indécis à se rallier à leur cause.

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE