La CGT a décidé de pousser le vice encore plus loin. Dans son entreprise de faire flancher le gouvernement, la plus ancienne organisation syndicale française a considérablement durci le ton, ce lundi matin, en bloquant les différentes usines de l’entreprise Lotus, leader  sur le marché français du papier toilette.

« On n’est pas entendu après des semaines de mobilisation, de grèves, de blocages des raffineries et centrales nucléaires. Mais c’est eux qui céderont en premier, on vous le garantit. » 

Pour se faire, les membres de la CGT ont semble-t-il enfin trouvé la parade pour paralyser totalement le pays : « Plus d’essence ? Il reste les vélos et les transports en commun. Plus d’électricité ? Ce n’est pas bien handicapant en cette période de l’année. Alors que plus de PQ, et là ça serait la chienlit totale dans le pays. Y compris dans les ministères et à l’Elysée. Comment feraient-ils, hein ? »

« On abat nos dernières cartes »

Alors depuis ce matin, les salariés des usines de Kuhnheim, Kaysesberg, Hondouville (près de Rouen) et de Gien sont contraints de rester sur le parvis de leur établissement et ne peuvent accéder à leur plan de travail.
« On ne compte pas prendre ces gens en otage, mais seulement couper le circuit de distribution. On réfléchit à comment s’y prendre, mais, pour l’instant, on bloque tout »

En outre, la CGT compte coupler cette opération coup de poing à des rassemblements de grande envergure dans la continuité du mouvement « Nuit debout ». C’est ainsi qu’elle en appelle, dès ce soir, ses concitoyens à se réunir sur toutes les places publiques de France autour du slogan « Chie debout ».

La France transformée en fosse septique géante ?

Rapidement accusée de vouloir transformer le pays en une fosse septique géante pour se faire entendre, l’organisation syndicale se couvre : « Nous ne donnerons aucune consigne aux mobilisés. Ils interpréteront le slogan à leur guise. »

On suivra donc attentivement le déroulement des premiers « Chie debout » qui auront lieu cette nuit aux 4 coins de France.
A Limoges, le rendez-vous a été fixé Place de la Motte  – « les pigeons font déjà le travail Place de la Ré » – à partir de 22h. A voir maintenant si la mobilisation sera suffisante pour que le Gouvernement fasse machine-arrière.

LAISSER UN COMMENTAIRE