Moins d’une semaine après sa supercherie « Nouvelle Aquitaine », Alain Rousset continue de bafouer l’histoire et l’image d’une des clés de voûte de la résistance française.

Ainsi, dans son entreprise de faire table-rase du passé, il s’attelle maintenant à rebaptiser chaque ville, chaque contrée, chaque canton de l’ancien Limousin, pour « donner un nouvel élan à la région » et  « avoir des appellations plus conformes à la réalité des choses ».
En justifiant cette nouvelle incongruité par des critères géographiques, démographiques et économiques, l’ancien Mister Camping des Flots Bleus 1978 n’en finit plus de multiplier les maladresses et de se créer des inimitiés.

« La ville fantôme », pour Limoges, « Rendez-vous en terre inconnue », pour la Haute-Corrèze, et, ce matin, par le biais d’une source proche du technocrate, nous avons appris que nos voisins creusois seraient désormais rangés derrière l’étiquette « Ch’tis de la grande région ».

L’intéressé s’explique : « Au regard des chiffres du chômage dans le département (48%), du revenu mensuel moyen par foyer (157€), de la consommation quotidienne d’alcool fort par habitant et d’autres critères que je passerai sous le silence, il m’a semblé bon ton de faire le rapprochement avec le Nord. »

S’il est vrai que la Creuse est située à l’une des extrémités nord de la grande région, on s’interroge néanmoins sur « les critères passés sous le silence ». Et pour cause, bien que distants de quelque 700 kilomètres, la Creuse et le Nord partagent en commun, à leurs dépens, de nombreux clichés sur la fécondité en famille qu’Alain Rousset avait relevés lors de son dernier passage dans la région.

Si de telles justifications venaient à se vérifier, déjà dans la ligne de mire des Limousins, le président de la « Nouvelle Aquitaine » signerait définitivement sa montée prochaine sur l’échafaud de l’échiquier politique.

Mais nous n’en sommes pas encore là. Et nous n’avons pas la force non plus. On peine déjà à panser son premier coup de poignard. Pour le reste, on verra plus tard.

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE