[Sport] Les escaliers du Nitro répertoriés « col hors-catégorie » par les organisateurs du Tour de France

0
3148

Arrivés samedi en milieu d’après midi à Limoges, pour vérifier que tout était prêt à 10 jours de l’étape reliant Saumur à la cité de la porcelaine, les organisateurs du TDF en ont profité pour s’imprégner de la culture locale et visiter quelques endroits emblématiques du centre-ville.

Le quartier de la boucherie et la magnifique gare des Bénédictins en guise d’amuse-bouche , suivis d’une traditionnelle virée en « petit train » dans le vieux Limoges et d’un gueuleton « à la bonne franquette » rue Charles Michel, puis de filer droit dans les troquets de la Place Magnigne « pour digérer », avant de se « finir », minuit bien révolu, dans le complexe de nuit de la rue du temple : Le Nitro Club.

Une inclinaison à 45°, du jamais vu sur le Tour

« C’est l’office de Tourisme qui nous a envoyés iciElle nous a dit que c’était un des endroits incontournables du centre-ville et qu’il ne fallait le louper sous AUCUN prétexte […] On a vite compris pourquoi » 

Et pour cause, après s’être affranchis sans difficultés des banalités d’usage à l’entrée, le comité du TDF s’est rapidement retrouvé nez-à-nez à un véritable « mur » : une pente abrupte et vertigineuse à 45°, jusqu’ici absente de la liste des difficultés de la grande boucle, qui les laissa totalement pantois pendant de longues minutes. Presque paralysés.

« On avait jamais vu ça de notre vivant. C’était comme si on avait la mythique descente du Galibier devant nous…mais à la puissance 1000″, témoigne un membre de la délégation encore sous l’émotion. « On n’en croyait pas nos yeux […]  »  

Ses homologues relatent la même stupéfaction : « Et d’en bas, c’est encore pire ! Encore plus impressionnant ! Encore plus démentiel ! Encore plus…grandiose ! »

« Toutes ces agonies, toutes ces souffrances, c’est terrible ! »

Accoudés au comptoir, bouche-bée, ils contemplent pendant de longues heures le « mur » dressé face à eux. Par groupe de 3, 6 ou en solitaire, les va-et-viens se multiplient ; eux savourent : « Regardez ces défaillances, c’est terrible. Regardez, regardez, certains s’arrêtent au bout de quelques mètres pour reprendre leur esprit. D’autres s’assoient, prennent appui sur la rambarde, descendent se réhydrater pour retenter leur chance. C’est grand. »

Et c’est ainsi que, déformation professionnelle oblige, le comité du Tour de France, simplement venu « trinquer un ptit coup » entre collègues, se retrouve à diagnostiquer : l’ascension la plus relevée et la plus escarpée qu’il n’ait jamais vue.

Le verdict tombe rapidement : « Ça, c’est un col « hors-catégorie », y’a pas à tortiller du cul ! »
« Tu mets le peloton là-dedans, il explose au bout de 3 mètres. On pourrait même le classer « hors-catégorie +++ » si c’était possible. »

Vers une prochaine arrivée du Tour au Nitro ?

Les clichés se multiplient à mesure des agonies nombreuses, le spectacle est à son comble pour nos joyeux lurons, Le Ventoux est relégué au rang de « léger faux-plat montant », ils jurent : « Lors du prochain passage de la grande boucle à Limoges, l’arrivée se fera ici.  C’est non-négociable. Christian Prud’homme est prévenu […] La légende du Tour va écrire une nouvelle page ! »

Le rendez-vous est fixé. Reste maintenant à savoir si la municipalité sera d’avis et que les locaux auront la capacité d’accueil. Mais, en tout état de cause, si l’arrivée d’une étape du TDF venait à se dérouler dans l’ascension du Nitro, ce ne serait pas pour demain la veille la fin du dopage dans le cyclisme.

LAISSER UN COMMENTAIRE