Elles étaient heureuses comme des enfants au pied du sapin. Après une longue traversée du désert, les joueurs du LABC ont enfin renoué avec la victoire, avant les fêtes, lors d’une séance d’entraînement improvisée (2-0).

« Ça fait bizarre », savourait Tiphaine Mélois, la co-capitaine de l’équipe après avoir effectué 3 tours d’honneur portée par ses coéquipières, les membres du staff et le gardien du gymnase.

Le succès est certes étriqué, l’adversaire est certes modeste, mais qu’importe : il n’y a pas de petite gloire. Surtout lorsque les joies de la victoire vous boudent et que vous pédalez dans la choucroute depuis des semaines.

« Celle-là, on est allé la chercher ! Avec les tripes ! », exultait Maxime Bézin, l’entraîneur du LABC. « Lorsque nous étions dos-à-dos à l’approche du money-time, j’avais peur que le match ne bascule encore en notre défaveur […] Mais cette fois, la chance a tourné ! ». Ou plutôt Emmanuelle Gorjeu, l’arrière JFL, est passée par là. L’héroïne d’un soir a tout bonnement pris ses responsabilités : « J’ai n’ai pas réfléchi. J’me suis dit que c’était maintenant. »  Alors, tout en dextérité, elle se joua du dernier plot dans la raquette pour libérer les siennes d’un lay up messianique tout en délicatesse.

La salle des Sœurs de la rivière vira à l’écarlate. Kevin Scato, journaliste attitré de nos cousins libéraux, fut immédiatement dépêché pour couvrir l’évènement. « – Arrêtez, c’est une blague ?! – Non, écoute l’ambiance dans le vestiaire ! » Une double-page leur fut consacrée dans le canard du lendemain.

La nuit fut longue et la parade en centre-ville à la hauteur de cette sensation de fin d’année. Maxime Bézin, qui avait organisé l’opposition en loucedé pour ne pas mettre la pression à ses joueuses, a réussi son pari. « Je jouais mon va-tout. Après notre défaite contre les CM2 d’Edouard Herriot mardi dernier, c’était ma dernière chance de relancer la machine. »

C’est désormais chose faite. Après avoir longtemps décomplexé le début de saison chaotique du CSP, le LABC, qui porte le bonnet d’âne dans l’antichambre de la LF1, a retrouvé ses lettres de noblesse.

Cap maintenant sur le championnat. Les coéquipières de Tiphaine Mélois, ragaillardies et en pleine confiance, auront à charge de réitérer cet exploit pour rattraper ce qui est encore rattrapable.


Crédits photo : Le Populaire

 

LAISSER UN COMMENTAIRE