Samedi 25 février – Bord de Vienne. – « Il est de notre côté. – Naaaaan, il est du nôtre. » 7 mois que la prise de bec a commencé. La doublette « Marcel-Claude » n’en démord pas : « Mais vous êtes miros ou quoi ? On voit bien qu’il est chez nous. »  Malgré leur outrecuidance, l’argument n’est pas convaincant ; leurs adversaires sont formels : « Pfffff, vous avez encore des restes d’hier. On voit bien qu’il est pour nous. »

 

12-12 au sol. C’est le 13ème point qui est en jeu. Plus que la gagne, c’est une histoire d’honneur et de fierté. « On ne lésine pas sur ce genre de choses. » Tatillons, ces 4 amateurs de pétanque sont pour le moins tatillons. Depuis le 8 août dernier, ils n’ont pas réussi à se mettre d’accord et aucune des deux équipes ne semble encline à abandonner la victoire pour rentrer souper. « La pétanque, c’est du sérieux. »

 

Alors ils multiplient les scénarii et chacun y va de son argument : « – De ce côté, y’a pas photo. – Si cette boule est plus proche de celle-ci, alors notre boule est forcément plus proche que la vôtre. » L’automne, les pluies diluviennes, la vague de froid du mois de janvier…rien n’y a fait. Ils ne déserteront pas le terrain tant qu’ils n’auront pas trouvé un terrain d’entente : « On peut encore rester là 4 mois, s’il le faut. Mais pas question de nous faire arnaquer. »

Ainsi, chaque jour, ils se font livrer des plateaux-repas et ont fait installer une yourte pour crécher sur le champ de bataille. Mais attention, il ne faut surtout pas croire qu’ils plongent tous les 4 dans les bras de Morphée à l’unisson. Ce serait une négligence grave et courir le risque qu’un des protagonistes en profite pour rebattre les cartes. « On est en vigilance rouge. On garde toujours un œil sur le cochonnet. »

Un turn-over a donc été mis en place. Pendant que les uns dorment ou font leur toilette, les autres veillent au grain sans jamais tourner du regard. » Et au petit matin, c’est reparti pour un tour : « Mais regardez, putain ! Y’a au moins 1 mètre ! ».

 

Un dénouement n’est pas près d’arriver. Heureusement, les jours meilleurs arrivent et les terrains de pétanque du bord de Vienne vont se repeupler. Alors qui sait, peut-être qu’une tierce personne arrivera à les mettre d’accord ? L’espoir est permis.


Crédit photo : Creashow

LAISSER UN COMMENTAIRE