Scène de liesse à la gendarmerie de Bellac – “On a chopé le gros lot patron” – après l’arrestation d’un peloton de cyclistes à la conduite illicite et dangereuse sur la sur la RN147.
“On était en position derrière un buisson, à l’affût comme le crocodile rusé dans le marigot. […] Ils nous avaient pas vu ces cons”.

Voguant de gauche à droite et de droite à gauche, en dépit du code de la route et des dangers engendrés, ils étaient attendus au tournant par la brigade mobile de Bellac qui avait finement préparé son coup : “On savait qu’un peloton de randonneurs du dimanche se dirigeait dans notre direction. On était renseigné sur tout : l’heure de passage, le circuit exact, le nombre de participants, leur nom. On n’avait plus qu’à faire notre métier”. 

Si les gendarmes devront attendre que les cyclistes s’arrêtent à Limoges pour les tauper – “on ne pouvait pas intervenir sur le moment. Arrêter 50 cyclistes lancés à vive allure, c’est trop dangereux” – le brigadier chef loue le travail de ses subalternes – “ils avaient réussi à identifier chacun d’entre eux” – et ne boude pas son plaisir : “135€ x le nombre d’arrestations, faites le calcul ! C’est vraiment une très grosse prise et peut-être le plus gros coup pour une unité de gendarmerie.” 

Chapeau. On ne peut qu’être admiratifs face à la réussite de cette opération et, pour une fois, les gendarmes auront une vraie raison de trinquer pendant leur service.

LAISSER UN COMMENTAIRE